Actus

Les trimestres éoliens hivernaux Européens en 2030.

     Au mois de Mars 2019 l’Allemagne a passé une quinzaine de journées pendant lesquelles la moitié (48 ~49 %) de l’électricité produite sur réseau électrique a été fournie par le parc éolien de 60 GW. Pour l’ensemble de ce trimestre hivernal, il s’agit de 29 %.

     De même pour le Royaume Uni, les 15 premiers jours de Mars, ce fut un tiers d’électricité produite et près d’un quart pour ce trimestre hivernal.

     On peut d’ores et déjà projeter pour 2030, conformément à l’ambition de l’Europe de développer fortement la production d’électricité à partir de sources renouvelables, affirmer que la production éolienne durant les trimestres hivernaux de la péninsule Ibérique, des îles Britanniques, de l’Allemagne et peut-être aussi de la Roumanie et de la Croatie atteindront le chiffre de 50 % de l’électricité produite à partir du vent.

     Pour l’ensemble de l’année 2030, il s’agirait de 20 à 24 % de la production d’énergie électrique de l’Union Européenne.


Le stockage inter-saisonnier en Europe en 2050 :

Actuellement, l’Europe brûle chaque année 5 000 TWh de gaz naturel, avec une réserve de 1 200 TWh de stockage souterrain. Selon certaines études, l’Europe aura besoin en 2050 de 2 500 / 3 000 TWh, sans compter les transports maritimes.

Tout le monde a entendu dire que l’hydrogène pourrait remplacer le méthane. Toutefois, avec une densité volumétrique 4 fois inférieure, la capacité de stockage ne serait que de 300 TWh, soit un huitième. Ce qui serait trop faible pour un stockage inter-saisonnier.

Ainsi, l’hydrogène ne sera pas le « gaz du siècle ». Le méthane de synthèse neutre en carbone peut le devenir. Un nombre limité de laboratoires essayent d’en réduire le coût de production à partir de sources d’énergies renouvelables.